• INTERVIEW N°5 : 5 Questions à Serge Fauchier

    INTERVIEW N°5 : 5 Questions à Serge Fauchier

     

    Dédé Briefinge

    DEBRIF N°1 : D'OU TE VIENT CETTE PASSION POUR LE SPORT BOULES QUEL CLUB AS-TU COMMENCE A JOUER ?

    S.F : Bonjour Dédé, Je suis content de répondre à tes questions pour ta page FB. Tu fais connaitre notre sport, tu permets aux joueurs de s’exprimer et d’échanger des idées et tu contribues ainsi à la modernité des boules.
    J’ai commencé vers 10 ans à faire de la pétanque. Vers 15 ans, des joueurs de Lyonnaise de mon village Lavilledieu et de Villeneuve de Berg, m’ont invité à jouer avec eux. Ce qui m’a tout de suite plu c’est qu’il y avait des règles précises. De plus, les joueurs étaient très conviviaux. J’ai pris ma licence et commencé à faire des concours en tant que pointeur. Puis j’ai assisté à une grande compétition à Valence à cette époque. J’ai été impressionné par le niveau de jeu, au point et au tir. J’ai eu envie de pratiquer ce sport qui oblige à avoir de la rigueur et qui permet d’entretenir l’endurance et de donne de l’assurance . De plus, il ne faut pas être seulement adroit mais aussi appliqué et concentré pour évoluer.

    DEBRIF N°2 : TU JOUES DEPUIS DE LONGUES ANNEES EN M2 - QUELS JOUEURS T'ONT LE PLUS IMPRESSIONNES ? QUEL EST TON MEILLEUR SOUVENIR ? 
    S.F : J’ai été impressionné par des grands joueurs tels que Epinat, Combet, Perrier, Coulomb que j’ai eu comme équipier, et bien d’autres qui ont marqué cette discipline… Je suis content de retrouver chaque année Didier Combet au grand prix de Gap avec Jean-Jacques Bruyant et René Escallier des joueurs d’exception. Je suis peut- être un peu chauvin en tant qu’ardéchois mais je voudrais citer Francis Terme, Jean-marie Constant, Jacky Pourchaire, Guy Hernandez et bien sûr Loulou Devès qui m’ont beaucoup apporté techniquement et humainement sur les jeux. A différents moments de mon parcours, j’ai aussi eu l’occasion de jouer et de partager mon expérience avec des jeunes ardéchois plein de talent comme Mickael Brun, David Chanal, Romain Planet Julien Moulin et récemment Olivier Paillasson et Antoine Chomel . 
    Le titre de champion de France quadrettes à Chambéry en 2005 reste mon meilleur souvenir, même si la victoire de Bellecour 2016 a été aussi un grand moment pour moi. Avec mon partenaire Monsieur Devès de 1988 à 2010 nous nous étions promis d’être champions de France. Ce titre, nous l’avons décroché avec Julien Riberon , Fabrice Fragne, Bob Frérie et René Fayard. Je peux ajouter qu’à chaque grand prix national gagné la victoire devient un excellent souvenir.

    DEBRIF N°3 : NOTRE DISCIPLINE EVOLUE REGULIEREMENT AVEC PLUS OU MOINS DE REUSSITE : REGLEMENTATION, MEDIATISATION, CATEGORISATION ,,, SI TU DEVAIS NOUS APPORTER UN POINT POSITIF ET UN POINT NEGATIF DE NOTRE SYSTEME ACTUEL, QUEL SERAIT-IL ?
    S.F : Le point négatif que je voudrais évoquer est le fait qu’il y a des poules de 5 dans les concours nationaux. En début de saison on s’inscrit pour un concours de 32 en poule de 4 et on nous impose des poules de 5 au dernier moment. Pour citer un exemple récent, dans un grand prix nous avons commencé à jouer à 8 heures du matin, nous avons joué toute la journée pour sortir de la poule à 20 heures. Il a fallu 4 parties pour sortir de la poule puisque nous avons perdu une partie. Au départ de la poule nous ne sommes pas égaux. Certains peuvent ne faire que 2 parties avec autant de points à la clé pour arriver en 8ème. Nous avons joués toute la journée pour obtenir 18 points seulement, beaucoup de fatigue, pas le temps de manger avant les 8èmes tard le soir et forcement rester à l’hôtel même en cas de défaite. Est-ce normal ? On peut imaginer alors des concours de 32 quadrettes en élimination directe sur une journée ?
    Je voudrais ajouter aussi que le calendrier des clubs sportifs nuit au Traditionnel. En effet un joueur qui n’appartient pas à un club sportif peut rester plus d’un mois sans faire un grand prix. Pourquoi ne pas faire les clubs de septembre à décembre ? Et les nationaux de janvier à juin ? Cela permettrait aussi d’écourter le temps pris sur une année pour ceux qui le souhaitent et qui trouvent les saisons trop longues.

    Le point positif est que les féminines amènent un souffle nouveau dans notre discipline qui en a bien besoin. De plus les femmes viennent avec leurs enfants aux entraînements et aux compétitions … et c’est certainement la meilleure manière de recruter de nouveaux joueurs. J’ai une expérience d’entraineur du club des féminines d’Aubenas et je regarde jouer des féminines depuis plus de 20 ans. Je constate que le niveau est de plus en plus élevé et qu’elles peuvent rivaliser avec le niveau des hommes.

    DEBRIF N°4 : EN TANT QUE M2 QUE PENSES-TU DU SYSTEME DE QUALIFICATION AU FRANCE QUADRETTE : 48 AU CLASSEMENT + 16 AU FEDERAL. ES-TU POUR LE MAINTIEN DE CE SYSTEME OU FAUT-IL SE DIRIGER VERS UNE QUALIFICATION DIRECTE DES 64 PREMIERES EQUIPES ? 
    S.F : Je pense qu’il faut supprimer le Fédéral en M2. En effet, certaines équipes font de nombreux grands prix, dépensent de l’argent et ne sont pas toujours dans les 48. Une équipe peut gagner le Fédéral et se retrouver au Championnat de France sans avoir fait beaucoup de grands prix. Par exemple le 49 ème ne sera pas qualifié alors qu’il faudrait récompenser l’investissement des joueurs sur l’année plutôt que sur un week end.

    DEBRIF N°5 : QUE PEUT-ON TE SOUHAITER ENTANT QUE BOULISTE POUR LES ANNEES A VENIR ET QUELLES SONT TES PRINCIPAUX OBJECTIF CETTE ANNEE ?
    S.F : Cette année je joue avec l’équipe de Mario Vivenzio composée de Sylvain et Olivier Bation, Fred Fanget et Seb Drode. C’est la première année que je joue avec eux. Nous avons fait un assez bon début de saison. Notre objectif est de participer aux Championnats de France. J’aimerais aussi faire plaisir à Mario et gagner un grand prix avec lui.
    J’espère continuer ma passion en tant que tireur de tête encore quelques années. Continuer aussi à partager des moments conviviaux avec les amis boulistes comme cet été à Thueyts, un petit village dArdèche qui grâce à un mécène renoue avec la tradition bouliste. Avec Jean François Miquell et nos partenaires d’un jour, nous avons été heureux de contribuer à faire revivre la Lyonnaise dans ce village. Parce qu’il ne faut pas oublier que de nombreuses personnes découvrent les boules pendant leurs vacances, leurs week end, sur les places des villes ou des villages … 
    Merci Dédé Briefinge, j’ai été ravi de participer à ta rubrique. A bientôt.

    « REGLEMENTATION SPORTIVEInscrivez vos jeunes à Villeneuve de Berg »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :